Domaine des Sénéchaux

Au commencement était un pape

Nous aimons à penser que c'est le vin qui a attiré la papauté à Avignon au XIVème siècle. La suite de Jean XXII comptait en effet les vignerons à l'origine de la restauration des vignobles et de leurss pratiques viticoles. Ils façonnèrent le caractère de leurs vins et ouvrirent ainsi leurs frontières à l'Europe. Ces vins étaient si délicieux que lorsque le pape s'en retourna à Rome, les cardinaux firent montre d'une certaine réticence "Comment vivre heureux sans le nectar des dieux ?"...

Les Bois Sénéchaux

Le Domaine des Sénéchaux compte parmi les plus anciens vignobles de son illustre appellation. L’existence de vignes y est en effet attestée dès le XIVe siècle. 

Le domaine tire son nom de "Bois Sénéchaux", l'une de ses principales parcelles.

Dans les années cinquante, sous la direction de la famille Raynaud, le vignoble couvre déjà sa superficie actuelle. En 1993, le domaine passe entre les mains de Pascal Roux qui entreprend une restructuration complète des vignes et une rénovation des caves.

Sous la direction de Bernard Tranchecoste depuis deux décennies, le domaine a connu une profonde restructuration. Ainsi la mise en place de techniques vertueuses comme la taille courte, le travail du sol, les fertilisations organiques, les effeuillages ou les vendanges manuelles ont permis la profonde rénovation du vignoble.

La famille Cazes, propriétaire de plusieurs domaines viticoles, dont les châteaux Lynch-Bages et Haut-Batailley à Pauillac, fait l'acquisition du Domaine des Sénéchaux en 2006. Dès lors, ils s'attachent à poursuivre la bonification du vignoble en apportant un soin particulier au matériel végétal tout en respectant l'environnement. En 2018, le partenariat conclu avec la famille Pradon, devenue copropriétaire, apporte un nouvel élan à la propriété.

Le Terroir

Tu les trouveras au sud de la vallée du Rhône, sur le fameux plateau de Châteauneuf-du-Pape. Leurs parcelles les plus vastes et les plus homogènes s'étendent sur cinq zones culturales bien distinctes. Elles forment le terreau de leurs principaux cépages rouges : la grenache, la syrah et le mourvèdre.
Sur les versants exposés au Sud et au Sud-Ouest, ces trois cépages représentent 22,4 de leurs 27 hectares de vigne. De plus, ils ont la chance de jouir d'un terroir propice à la culture des cépages blancs. Ils occupent 3 hectares sur le point culminant du vignoble et produisent des vins d'une remarquable fraîcheur.

Les étés sont longs et chauds. Le mistral avec sa force prodigieuse, chasse brûmes et humidité et favorise la sécheresse estivale tou en limitant les maladies de la vigne. Son souffle constitue un réel atout pour le vignoble de Châteauneuf-du-Pape à la veille des vendanges, il augmente également la concentration en sucre des raisins et les sèche après la pluie.

Grâce à ces caractéristiques climatiques, leurs cépages rouges sont riches, structurés et épicés. Quant aux cépages blancs majoritairement situés sur le point culminant du domaine, ils tirent leur délicieuse fraîcheur d'une exposition au nord.

Les sols de Châteauneuf-du-Pape sont issus de la combinaison du diluvium Alpin et du recul du Rhône sur une période de plusieurs millions d'années englobant quatre ères glaciaires. Ce terroir exceptionnel pauvre de nature, car riche en cailloutis et en galets roulés, est propice à la rétention de la chaleur et à la maturation du précoce du raisin. Les sols de leurs parcelles quant à eux, se caractérisent par leur variété. Le dénominateur commun pour l'ensemble de leurs parcelles demeure toutefois la présence d'un socle argileux favorisant une certaine rétention d'eau et une résistance au stress hydrique. Si leurs cépages blancs s'épanouissent sur des sols sablo-argileux superficiels, les rouges se développent sur des galets de quartzite reposant sur trois types de sous-sols : caillouteux argilo-calcaire, sableux profond et grés mollassique et safre.